Écrivains dans la guerre (suite)

LES ANGLO-SAXONS ENTRENT DANS LA MACABRE DANSE

 

Je hais la guerre mais j'aime ceux qui l'ont écrite, pour paraphraser Dorgelès.

 

avec YANN GÉRARDIN (contrebasse)

 

   Leurs noms nous parlent de littérature avant de nous parler de guerre:
   Aragon, Céline, Cendrars, Cummings, Dos Passos, Hemingway, Owen.
   La guerre n'épargne personne.
   La main à plume devenue la main à fusil.
   Ils écriront l'indicible.
   Mobilisés, engagés, blessés, mutilés, survivants, ils font la guerre.
   Ils y connaissent le vacarme, la lutte, la peur, la boue, l'héroïsme, la fraternité, la mort.
   Leur métier est d'écrire, ils font celui de soldat.
   Ils diront la guerre en littérature.
   Littérature où leur œuvre reste, connue et reconnue, ni ringarde, ni même classique.
   Juste indispensable.
   Pour laisser des monuments aux vivants.
 
 

   Les passages lus sont extraits des œuvres suivantes:

Voyage au bout de la nuit                    Louis Ferdinand Céline, 1932
Poems                                                Wilfred Owen, 1920
L'initiation d'un jeune homme: 1917     John Dos Passos, 1920
J'ai tué                                               Blaise Cendrars, 1918
is 5                                                    Edward E. Cummings, 1926
Histoire naturelle des morts                 Ernest Hemingway, 1933
Le Roman inachevé                             Louis Aragon, 1956